ostéo-gestation

L’ostéopathie chez la femelle reproductrice (Suite à une mise-bas)

Chez les mammifères, la gestation constitue un grand chamboulement dans l’organisme de la femelle, bien qu’elle ait des caractéristiques physiques qui lui permettent de porter le ou les fœtus. De la saillie au sevrage des petits, tout peut se passer plus ou moins bien pour la mère et ses bébés.

L’ostéopathie peut avoir un rôle clé pour soutenir la mère et ses nouveaux nés dans leur bien-être.

 

 

Dans quel cas l’ostéopathe peut-il intervenir ?

 

  • Contrôle de l’état général même si l’animal ne présente pas de signes négatifs
  • Refus de la saillie
  • Pas de gestation suite à la saillie ou à l’insémination
  • Absence de chaleurs
  • Difficultés de locomotion et troubles anormaux lors de la gestation
  • Suite à la mise-bas, même si elle s’est bien déroulée. Sinon, en cas de césarienne, mise bas difficile ou avortement prématuré non expliqué.

 

Il est préférable de consulter à des moments clés, notamment :

 

  • Pour préparer la femelle à l’accouplement et à la nidation du ou des embryons dans l’utérus,
  • Soulager la mère après la mise-bas surtout si elle a été difficile (tractions, adhérences, dorsalgies…)
  • Rétablir l’homéostasie du corps une fois le sevrage passé, afin de préparer la femelle à une nouvelle saillie/insémination.

 

Il est utile de détendre une femelle agitée durant sa grossesse, mais il faut faire très attention, en particulier lorsque la gestation se rapproche de son terme : c’est pour cela que l’ostéopathie doit surtout être considérée comme une thérapie préventive avant la gestation, afin de favoriser le bon déroulement de cette dernière et ce jusqu’au sevrage.

Depuis la naissance jusqu’au sevrage des petits, la mère peut recevoir la visite de l’ostéopathe, mais il vaut mieux attendre la fin de la lactation, qui demande beaucoup d’énergie à la femelle, afin de mieux apprécier les résultats du traitement ostéopathique.

 

Que va faire l’ostéopathe ? Quels sont les bénéfices ?

 

L’ostéopathe va utiliser plusieurs techniques pour tester les différentes structures et corriger les dysfonctions trouvées. Ces dysfonctions peuvent être d’ordre viscéral : il s’agit de tractions exercées sur les enveloppes des organes, de différences de pression, d’adhérences tissulaires… Une dysfonction ostéopathique viscérale n’a donc rien à voir avec une pathologie organique (insuffisance hépatique par exemple).

Chez une femelle reproductrice, l’ostéopathe va principalement rééquilibrer la sphère génitale : utérus, ovaires, vagin, leurs attaches (bassin osseux) et les vertèbres correspondantes. L’équilibre global de ces organes et de leurs attaches favorisent de bonnes conditions de saillie, de gestation et de mise bas.

Le thérapeute va également vérifier les autres organes abdominaux, car certains vont subir des compressions importantes à cause de l’utérus qui prendra de plus en plus de place dans l’abdomen au cours de la gestation. Les reins sont davantage sollicités lors de la gestation car les mictions augmentent et l’élimination des déchets hormonaux est très importante. Le foie, de par ses attaches au diaphragme, au rein droit et à la colonne vertébrale lombaire, est un organe qui doit rester particulièrement libre afin de remplir des fonctions très importantes dans l’organisme : détoxification, réserve de sang, etc.

Il est important de vérifier l’intégrité du diaphragme respiratoire, qui a un rôle prépondérant durant la mise bas pour expulser le ou les bébés : ses contractions actives sont donc un atout afin d’aider la femelle à mettre bas, ce qui donne plus de chances que l’accouchement se déroule sans difficultés.

L’ostéopathe peut également s’assurer du bon fonctionnement de l’axe hypothalamo-hypophysaire pour les diverses fluctuations hormonales : hypophyse, hypothalamus, glandes surrénales, pancréas et ovaires.

Ces vérifications et rééquilibrages ostéopathiques peuvent s’effectuer aussi bien avant la saillie/insémination qu’après le sevrage. Dans tous les cas l’ostéopathe agit sur le corps dans sa globalité.

 

En conclusion, si vous avez des projets de reproduction pour votre jument/chienne/chatte etc., une séance d’ostéopathie avant la saillie et après le sevrage constitue un excellent moyen de prévention et permet d’optimiser les capacités reproductrices de votre animal.

 

Des questions ? 
Notre ostéopathe, Marine Loustaud Bouffier vous répond ! 

En complément, son site internet : http://osteopathe-animalier-dordogne.over-blog.com/ 

ou : 06.42.50.81.81

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>