Fotolia_58483368_Subscription_Monthly_M

Les ascaris, les chiots et l’Homme

Les ascaris sont des vers présents chez pratiquement tous les chiots de moins de trois mois. Les chiens adultes en sont plus rarement porteurs. Ce qui est grave, c’est que la dissémination des œufs d’ascaris entraîne, en cas d’absorption accidentelle, de graves problèmes de santé chez les humains, et les enfants en particulier. Vermifuger régulièrement les chiots afin de diminuer la contamination de l’environnement est un véritable enjeu de santé publique !

C’est quoi, un ascaris ?

Les deux espèces d’ascaris les plus fréquemment rencontrées chez le chien sont Toxocara canis et Toxascaris leonina. Les ascaris adultes sont des vers tubulaires et allongés, de couleur blanchâtre, de 10-20 cm de long. Ils vivent dans l’intestin grêle du chien et pondent des œufs microscopiques qui sont excrétés avec les selles dans le milieu extérieur. Lorsque les œufs sont ingérés, ils évoluent en larves qui migrent à travers l’organisme pour atteindre l’intestin où elles se transforment en adultes. Le cycle est bouclé.

Comment se manifeste l’infestation par les ascaris ?

Les ascaris sont responsables chez le chiot d’une baisse de forme, d’un ralentissement de la croissance, de troubles digestifs (vomissements, diarrhée, ventre ballonné), respiratoires (toux car au cours de leur migration, les larves passent par les bronches et la trachée) et cutanés (poil terne, pellicules). En cas d’infestation massive, les ascaris peuvent provoquer une obstruction (formation d’un bouchon) ou même une perforation de l’intestin, provoquant la mort du chiot.

Les chiens plus âgés sont rarement porteurs d’ascaris adultes : leur système immunitaire étant plus performant que celui des chiots, les larves sont bloquées dans leur maturation et s’enkystent dans différents tissus. Elles meurent ou survivent sous cette forme enkystée pendant plusieurs années. Si le système immunitaire des chiens s’affaiblit (lors d’une gestation, d’une maladie chronique ou en prenant de l’âge), les larves reprennent leur migration. Les chiens porteurs de vers adultes sont asymptomatiques, mais participent à la contamination de l’environnement en éliminant des œufs.

Les chiots se contaminent principalement à partir de larves présentes chez leur mère (pendant la gestation à travers le placenta ou après la naissance par le lait maternel) ou par ingestion d’œufs en jouant entre eux. Les chiens plus âgés se contaminent en ingérant des aliments contaminés par des œufs, des proies ou de la viande mal cuite contenant des larves, en léchant un congénère dont le poil porte des œufs…

Pourquoi c’est grave chez l’Homme ?

Quand un humain avale un œuf d’ascaris, celui-ci, comme chez les chiens, libère une larve qui migre dans le corps. Chez l’adulte en bonne santé, l’infestation passe le plus souvent inaperçue : une légère fièvre, de la fatigue, des douleurs musculaires (tous ces signes font souvent penser à une grippe), des troubles de type allergique, des troubles digestifs (douleurs abdominales). En revanche, chez l’enfant et les personnes immunodéprimées (par une maladie ou par un traitement médical), les symptômes sont plus marqués. Les larves peuvent également migrer jusqu’à des organes comme le foie, le poumon, l’œil ou le cerveau. La présence de larves entraîne alors des signes hépatiques, pulmonaires, une atteinte oculaire (perte de la vision) ou nerveuse (méningite, encéphalite, épilepsie). La maladie chez l’Homme s’appelle la toxocarose. Elle peut s’observer à tout âge, mais elle est plus fréquente chez les enfants, qui entretiennent souvent des liens étroits avec le chien. On estime qu’une personne sur 5 a un jour été contaminée par le parasite.

La contamination de l’Homme se fait essentiellement par ingestion d’œufs d’ascaris présents sur des aliments souillés (légumes mal lavés) ou en portant à la bouche des mains salies (en jardinant, en nettoyant des gamelles, en caressant un animal dont le poil est porteur, en jouant dans un bac à sable souillé par des déjections…). Plus rarement, l’Homme se contamine en mangeant de la viande mal cuite contenant des larves.

Quand doit-on vermifuger les chiens ?

Les vermifuges utilisables chez le chiot ne sont généralement actifs que sur les formes adultes des ascaris. Ils n’éliminent ni les larves, ni les œufs. Il est donc important de vermifuger plusieurs fois de suite, pour éliminer les vers au fur et à mesure de l’éclosion des œufs et du développement des larves.

Les chiots doivent être vermifugés toutes les deux semaines, dès l’âge de 15 jours jusqu’à l’âge de 2 mois. Ensuite, la fréquence des traitements peut être diminuée : une fois par mois jusqu’à l’âge de 6 mois, puis une fois par trimestre ensuite. Attention, si votre chien vit dans un milieu exposé au risque de contamination (nombreux chiens à proximité, promenades sur des surfaces terreuses), s’il va en collectivités (pensions, chenils, expositions, club de dressage…), s’il est en contact avec des enfants en bas âge, il faut peut-être augmenter le rythme de vermifugation. Demandez conseil à un professionnel de la santé animale.

Quels produits utiliser pour la vermifugation ?

Selon l’importance de l’infestation, le nombre de chiens à traiter, leur âge, leur poids et leur race, on peut utiliser :

  • Des vermifuges classiques qui sont des vrais médicaments : ils doivent être prescrits par votre vétérinaire et, comme tout médicament, ils ne sont pas en vente libre. Ils se présentent sous forme de comprimés, de liquide, de pâte à administrer à la seringue, ou encore en pipette à appliquer sur le pelage (« spot-on »). La plupart des vermifuges ont un large spectre d’action : ils agissent sur les vers plats et les vers ronds (comme les ascaris).   
  • des produits naturels, à base de plantes. Ils conviennent généralement à partir de l’âge de 2 mois. Ils sont à distribuer plus fréquemment que les vermifuges classiques.

Une bonne solution peut être d’alterner les deux types de produits.

Que faire d’autre ?

Quelques mesures de bon sens peuvent limiter les risques de transmission des ascaris à l’Homme : se laver les mains après avoir touché le chien, laver soigneusement les légumes avant leur consommation, faire bien cuire la viande, couvrir le bac à sable des enfants, ramasser et éliminer les crottes du chien…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>