lapin

Les problèmes dentaires du lapin : comment les éviter ?

Les lapins possèdent 28 dents dont 3 paires d’incisives, 5 paires de prémolaires et 6 paires de molaires. Les dents poussent en continu tout au long de la vie de l’animal : les incisives s’allongent de 10 à 12 cm chaque année ! La mastication permet de broyer les aliments et d’user les dents pour éviter qu’elles ne poussent en continu.

Comme les lapins vivent en moyenne 7 à 10 ans, une bonne usure des dents est primordiale.

Les maladies dentaires des lapins

Parfois, les dents des lapins sont mal positionnées, s’affrontent anormalement et l’usure des dents est insuffisante. C’est ce qu’on appelle une malocclusion. Cette affection peut concerner tous les types de dents.

Par exemple, quand les incisives ne sont pas face à face lors de la mastication, elles poussent en continu sans s’user : les incisives inférieures poussent vers l’avant, sortent complètement de la bouche et peuvent même pousser jusque dans les narines ! Les incisives supérieures quant à elles poussent sur les côtés puis s’enroulent à l’intérieur de la cavité buccale et traversent le palais dans les cas très graves. Ce type de malocclusion est facilement visible car les dents sortent de la bouche en permanence. Cela n’est pas le cas quand la maladie  concerne les molaires ou les prémolaires qui sont cachées au fond de la bouche. Les dents anormalement longues poussent en forme de pointes qui abiment la cavité buccale (ulcères de la face interne des joues, coupures de la langue,…).

Ces affections sont très douloureuses et risquent de créer des infections dentaires ou abcès.

Les symptômes d’une malocclusion sont les suivants :

  • refus de s’alimenter (malgré une attirance pour la nourriture) et perte de poids
  • salivation excessive (parfois teintée de sang)
  • croissance anormale visible des incisives
  • mâchonnements fréquents
  • écoulement au niveau des yeux (par la douleur ou par obstruction du canal lacrymal par les racines dentaires)
  • déformation des mâchoires en cas d’abcès.

Si ces symptômes apparaissent chez votre lapin, consultez rapidement votre vétérinaire qui fera un examen buccal complet ainsi que des radiographies de la tête pour bien voir les racines dentaires et le positionnement des dents. Ces examens nécessitent souvent une tranquillisation ou une anesthésie générale.

Pour traiter une malocclusion des incisives, l’idéal est de limer régulièrement les dents sous sédation ou d’extraire chirurgicalement toutes les incisives. La coupe des dents à la pince est possible mais à éviter car cette technique est douloureuse, risque de fissurer la dent jusqu’à la racine et favorise les infections.

Pour la malocclusion des molaires ou des prémolaires, le vétérinaire pratique un limage des dents concernées sous anesthésie.

En conclusion, les malocclusions dentaires chez le lapin sont souvent graves et nécessitent des traitements lourds et onéreux. Pourtant, des moyens de prévention simples existent pour maintenir votre animal en bonne santé.

La prévention des maladies dentaires

L’origine des problèmes dentaires des lapins est multiple :

  • origine génétique ou congénitale
  • carences en calcium et en vitamine D lié à un excès de céréales
  • défaut d’usure dentaire lié à un mauvais choix d’aliment

L’origine génétique et congénitale concerne principalement le lapin nain, surtout les plus petites races : dès la naissance, les dents s’affrontent mal, s’usent mal et donc poussent excessivement. Par conséquent, évitez d’adopter un lapin de race toy ou « extra nain ». D’autre part, si votre animal est atteint de maladies dentaires, ne le faites pas reproduire : il risquerait de transmettre cette affection à ses descendants.

Les deux autres causes de malocclusions dentaires (les carences en calcium et en vitamines D et le défaut d’usure dentaire) sont très souvent consécutives à des erreurs alimentaires.

Dans la nature, l’herbe représente 80% de l’alimentation des lapins sauvages. Les lapins domestiques ont eux aussi besoin d’une alimentation très riche en fibres et pauvre en énergie : le foin et l’herbe ont un grand pouvoir d’abrasion sur les dents à croissance continue. Hors, nos lapins de compagnie reçoivent bien souvent une alimentation industrielle à base de graines ou de petits granulés. Ces aliments sont très riches en graisses, très appétants et pauvres en fibres : les quantités ingérées sont moindres ce qui diminue le temps de mastication et d’abrasion des dents.

Si la ration de votre lapin est composée majoritairement de granulés ou de graines du commerce, il risque de souffrir de problèmes dentaires importants mais aussi de problèmes digestifs par manque de fibres, de problèmes urinaires, d’obésité,… Certains comportements destructeurs (grignotage  des meubles, fils électriques, plantes,…) sont également attribués au manque de fibres de ces aliments industriels.

L’idéal est un régime majoritairement à base de foin ou d’herbe. Le foin et les aliments verts (salade, choux, endives, brocolis, pissenlits,…) sont essentiels car ils apportent aux lapins de nombreux éléments importants tels que vitamines, minéraux, protéines et fibres indigestibles. Ces fibres facilitent le transit et « remplissent » rapidement l’estomac ce qui apporte une sensation de satiété et limite les risques de surpoids et d’obésité. D’autre part, le foin et les aliments verts entraînent une mastication intense et longue ce qui est indispensable à la prévention des malocclusions dentaires et qui limite la destruction des meubles et du papier peint !

Les lapins apprécient aussi les fruits et les légumes (carottes notamment) mais ne doivent pas les consommer en excès. Certains lapins aiment tellement ces aliments qu’ils en délaissent le foin et les aliments verts indispensables au transit et à la dentition. Ils peuvent donc être consommés mais en étant considérés comme des friandises.

Une supplémentation en vitamines et minéraux n’est pas nécessaire pour les lapins en bonne santé qui mangent bien leurs crottes ou caecotrophes.

Les aliments industriels sont déconseillés ou doivent être distribués avec parcimonie (une cuillère à soupe par jour suffit, en complément des aliments verts et des fruits.

Enfin, si vous décidez de changer l’alimentation de votre lapin, une transition alimentaire est nécessaire car les lapins ont du mal à d’adapter à un tel changement. Retirez progressivement les aliments inadaptés et ajoutez les nouveaux aliments (foin, endives, pissenlit,…) en petites quantités au départ pour éviter le tri.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>